« Viva la robolution ? » : quelle robotisation aujourd’hui

La robotisation ne suffit pas à la compétitivité industrielle, il faut adopter simultanément une démarche managériale pour l’accompagner. Par David Machenaud, Directeur associé d’OPEO.

Bruno Bonnel évoquait en 2010 dans son ouvrage « Viva la robolution » la robotisation comme le grand enjeu stratégique de développement du XXIe siècle. Aujourd’hui le contexte industriel tend à lui donner raison : malgré des avis encore divergents (cf. la synthèse de décembre de la Fabrique de l’Industrie sur ce sujet), la robotisation est de plus en plus considérée comme un atout indispensable à la compétitivité industrielle, la France elle-même en ayant pris le chemin. C’est d’ailleurs indispensable pour ne pas se laisser distancer par des pays comme le Japon ou l’Allemagne dans les années à venir !

Mais quelle place pour l’Homme dans tout ça ? La course au robot suffit-elle à gagner le marathon de la compétitivité ? Pour David Machenaud, Directeur associé d’OPEO, la réponse est non. La démarche de robotisation, pour permettre l’Excellence Opérationnelle, doit faire partie d’une démarche globale favorisant l’intelligence collective pour une amélioration considérable et sur le long terme.

Découvrez cette tribune sur L’Usine Nouvelle !

Restez au courant de toute l’actualité industrielle en vous abonnant à notre newsletter et à nos fils Twitter et LinkedIn !

Contactez-nous Votre message a été envoyé avec succès
x
 
Les champs suivis d'une * sont obligatoires.
 
 
x Votre inscription a bien été enregistrée, vous allez maintenant recevoir un email contenant un lien de confirmation